mg.acetonemagazine.org
Nouvelles recettes

6 catacombes les plus effrayantes pas pour les claustrophobes (diaporama)

6 catacombes les plus effrayantes pas pour les claustrophobes (diaporama)



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Ces catacombes sont toutes sombres, étroites, situées entièrement sous terre, et probablement pleines de squelettes ; Nous espérons que vous appréciez votre visite

Construit au IIe siècle, on pense que cette chambre funéraire était initialement destinée à une seule famille, mais a finalement été agrandie pour inclure d'autres corps jusqu'au IVe siècle. Contrairement à beaucoup d'autres catacombes dans le monde, celle-ci est restée secrète pendant un certain temps, n'ayant été redécouverte qu'en 1900 après que le cul stupide d'un ouvrier de carrière soit tombé accidentellement dans le puits d'accès. L'âne n'a probablement pas survécu au plongeon, mais sa mort n'aurait pas été vaine. Les archéologues ont trouvé des tas de poteries brisées (d'où le nom, qui se traduit par « Mound of Shards »), l'étoffe d'un système de poulies pour abaisser les corps, un certain nombre de restes humains et animaux, de multiples sarcophages, une salle de banquet funéraire (connue sous le nom de «Triclinium»), et une architecture et des œuvres d'art qui mélangent à merveille les styles égyptien, grec et romain. La partie la plus étrange, cependant, est la zone remplie de nombreuses sculptures réalistes dans diverses poses. Les visiteurs peuvent le vérifier, ainsi que la salle de Caracalla, qui contient les ossements d'humains et de chevaux qui ont probablement été tués en l'an 215 par l'empereur Caracalla.

Voici cinq choses que vous devez savoir sur la nourriture en Egypte.

Catacombes de Kon el Shoqafa, Egypte

Construit au IIe siècle, on pense que cette chambre funéraire était initialement destinée à une seule famille, mais a finalement été agrandie pour inclure d'autres corps jusqu'au IVe siècle. Les visiteurs peuvent le vérifier, ainsi que la salle de Caracalla, qui contient les ossements d'humains et de chevaux qui ont probablement été tués en l'an 215 par l'empereur Caracalla.

Voici cinq choses que vous devez savoir sur la nourriture en Égypte.

Monastère de San Francisco, Pérou

L'église et le monastère de San Francisco à Lima, au Pérou, ont été achevés en 1774 et contiennent une bibliothèque de 25 000 textes anciens. En dessous, il y a aussi un réseau de catacombes qui contiennent les restes de 25 000 corps. (Certaines estimations disent que le nombre pourrait atteindre 75 000 !) Comme si cela n'était pas assez effrayant, de nombreux crânes et ossements qui y sont enterrés ont été soigneusement arrangés en une série de figures géométriques et d'œuvres d'art élaborées - parce que quoi d'autre feriez-vous avec une tonne de vieux os, les jeter dans une boîte ? Fait intéressant, ces cryptes étaient remarquablement bien construites et ont résisté à de nombreux tremblements de terre majeurs. Des visites d'une heure sont organisées tous les jours de 9 h 30 à 17 h 45, avec un droit d'entrée d'environ 2 $ seulement.

Cliquez ici pour une liste des 101 meilleurs restaurants d'Amérique latine et des Caraïbes pour 2016.

Catacombes d'Odessa, Ukraine

Les parties les plus effrayantes des vastes catacombes d'Odessa sous Odessa, en Ukraine, ne sont pas les choses que nous savons, mais les choses que nous ne pas connaître. Ils ont été construits dans les années 1800 pour l'extraction de la pierre, mais ont ensuite été utilisés pour la contrebande. Parce que les tunnels sont considérés comme dangereux et n'ont pas été entièrement cartographiés, seule une petite partie est ouverte au public. Cependant, cela n'a pas empêché les touristes en quête de sensations fortes d'entrer dans les catacombes sans autorisation, ce qui a conduit à des incidents de personnes se perdant dans le réseau de tunnels et, dans certains cas, mourant de chutes ou de déshydratation.

Catacombes de Paris

Ah, Paris. Si adorable. Si romantique. Très étrange. Ne nous croyez pas ? Considérez ensuite le fait que sous vos pieds, il y a tout un réseau de couloirs et de passages qui retiennent les corps de 6 millions gens. Ces ossuaires ont été mis en place à la fin du XVIIIe siècle après que les cimetières de la ville se soient remplis et qu'une série d'effondrements aient commencé à se produire autour de Paris. Pour y remédier, les vestiges ont été déplacés dans des tunnels renforcés, avec d'autres ajouts les années suivantes. Au début un désordre souterrain aléatoire, en 1810, le chef du service d'inspection des mines de Paris a entrepris des rénovations qui ont transformé les catacombes en un mausolée visitable, ce qui a conduit à l'empilement du crâne et aux motifs osseux complexes que l'on voit aujourd'hui. Non seulement il y a des visites régulières de ce monde souterrain, mais les catacombes ont même leur propre site web. Fermés le lundi, ils sont ouverts du mardi au dimanche de 10h à 20h30, avec la dernière admission à 19h30. (Les visites durent environ 45 minutes.) L'entrée coûte environ 12 euros (13 $), mais diverses réductions sont disponibles et les clients de moins de 17 ans sont gratuits. Vous pouvez entrer par le pavillon ouest de l'ancien Barrière d'Enfer (« Porte de l'enfer »), parce que la chair de poule.

Il y a des siècles, ces catacombes étaient considérées comme une invention parisienne impressionnante. Aujourd'hui, une invention impressionnante de la ville est ce distributeur automatique de viande.

Catacombes de Rome

L'Italie a des catacombes à Palerme, Naples et dans de nombreuses autres villes, mais les meilleures (quoi que cela signifie) se trouvent à Rome. Fouillés pour la première fois au IIe siècle, ces couloirs souterrains ont en fait été construits dans la roche volcanique molle à l'extérieur des murs de la ville, car la loi romaine interdisait les lieux de sépulture dans les limites de la ville. Il y a maintenant 60 chambres funéraires souterraines connues à Rome. Les passages couvrent un énorme 590 acres de terrain et se composent de quatre niveaux les uns sur les autres, certains s'étendant jusqu'à 62 pieds sous la surface. Des niches funéraires (appelées loculi) sont sculptées dans les murs, avec des fresques et d'autres œuvres d'art paléochrétien. Bien qu'autrefois très populaires pour les sépultures de toutes sortes, les catacombes ont été pratiquement abandonnées au Xe siècle. Aujourd'hui, la papauté est responsable de l'entretien des passages, et les invités courageux sont autorisés à visiter certains sites.

En parlant de découvertes romaines antiques, découvrez ce que les archéologues ont découvert sur le site d'une ancienne ferme à Rome.

Pour illustrer à quel point ils sont effrayants, voici une histoire basée sur une expérience personnelle. Lorsque moi et quelques amis avons visité l'un des points d'entrée des catacombes en 2008, nous (en tant que touristes américains anglophones) avons mené toute notre transaction d'admission avec une religieuse qui ne parlait essentiellement que l'italien. Lorsque nous avons réussi à demander où se trouvait le guide, au lieu de nous dire d'attendre, la religieuse a simplement indiqué la porte ouverte des catacombes. Elle ne voulait pas que nous attendions l'arrivée du guide;elle voulait que nous descendions seuls dans les catacombes pour trouver le guide. Et ce n'est pas comme si le guide était même à proximité à l'époque. Je le sais parce que j'ai descendu les escaliers pseudo-courageusement et dans les couloirs exigus d'environ 10 pieds, et, ne trouvant personne, je me suis exclamé bruyamment, « non ! » et remonta pour attendre notre guide avec le reste des vivants.

Catacombes de Znojmo, République tchèque

Contrairement aux autres sites de cette liste, le vaste labyrinthe de passages souterrains, de caves et de sous-cave sous la ville tchèque de Znojmo n'a pas été principalement construit pour le stockage des cadavres. Si vous pensez que cela élimine le facteur effrayant, vous vous êtes trompé. En fait, si la pensée des catacombes fait craindre d'être piégé à l'intérieur et de périr, alors c'est probablement le pire site, car certaines de ses parties étaient spécialement conçues pour tuer des gens. Construites aux XIVe et XVe siècles, les catacombes ont été créées pour protéger les habitants de la ville des forces d'invasion. Fait intéressant, les catacombes ont permis aux habitants de continuer à faire un certain nombre de choses utiles telles que rechercher de la nourriture dans la ville sans être détectés, collecter et éliminer l'eau via un système de drainage, et même utiliser des cheminées, car elles étaient conçues pour ventiler à travers les cheminées des maisons sur la surface. En raison de ce dernier fait, les forces ennemies voyaient souvent de la fumée s'élever étrangement de maisons autrement vides tout autour de la ville. Des parties des catacombes de Znojmo sont ouvertes aux touristes d'avril à octobre.

Cliquez ici pour découvrir quelques vins habituels de la République tchèque.


Ceux qui ne connaissent pas le film réalisé par John Erick Dowdle et co-écrit par son frère Drew Dowdle pourraient le trouver à parts égales La descente et Paris, je t'aime. OK, nous nous sommes probablement trompés dans notre recette, mais en tout cas voici la bande-annonce du film d'horreur :

La partie étonnante de la production du film est que les Dowdles ont choisi d'en filmer la majorité dans les catacombes qui se trouvent sous Paris, en France.

Meredith Woerner de iO9 a eu l'occasion de parler avec les cinéastes de leur décision et des difficultés à tourner dans un endroit aussi exigu.

Drew a déclaré: "Au début du film, lorsque vous entrez pour la première fois dans les catacombes, l'espace est tellement effrayant et claustrophobe."

John a approfondi ce sentiment avec une anecdote aussi effrayante que le film lui-même :

«Je veux dire, c'est vraiment effrayant là-bas. Notre premier repérage, nous avons traversé un petit trou de la taille d'un raton laveur qui grimperait dans les tunnels. Nous étions en cuissardes, nous avions de l'eau jusqu'à la poitrine avec un plafond de pierre à la tête. Nous y sommes allés pendant près de cinq heures, et il y avait des sections où nous devions grimper sous des rochers géants. C'était vraiment effrayant. Nous nous sommes peut-être aussi éloignés de la sortie. Il n'y a pas de réception cellulaire, il n'y a pas de walkies qui fonctionnent. Il y a eu des moments où la voix à l'intérieur de moi criait « Courez ! » L'une des personnes de notre premier éclaireur a totalement perdu la tête là-bas. Il est devenu fou. C'était effrayant. Il criait : « Nous devons sortir d'ici. » Et ça résonne.

En donnant une tournure visuelle au tournage confiné, Legendary Pictures a publié cette vidéo des coulisses sur YouTube, illustrant à quel point il était difficile de produire un film dans un endroit aussi extraordinaire.

Comme le fait remarquer John, le tournage du film exigeait de mettre un avant-bras devant son visage afin que les murs et les murs en surplomb ne lui frappent pas le visage.

Et puis il y avait le prix à payer pour l'esprit en tirant dans un tel espace. Drew a expliqué: "et psychologiquement, je dois dire qu'après plus de 20 jours, les gens commencent à le perdre un peu, parce que l'air est étrange ici, la qualité du son est très étrange ici." Drew a poursuivi: "Ça commence vraiment à t'user."

Maintenant, si cela ressemble à votre idée de l'amusement, demandez de l'aide… ou faites vous-même un voyage dans les catacombes, peu importe ce qui flotte sur votre bateau rocheux.

Les Catacombes de Paris proposent des visites d'une section des célèbres tunnels, mais préviennent que "la visite ne convient pas aux personnes souffrant de problèmes cardiaques ou respiratoires, aux personnes nerveuses et aux jeunes enfants".

En 2011, National Geographic a présenté ceux qui sont assez courageux pour rechercher des ouvertures non accessibles au public, une entreprise qui, selon la publication, est illégale depuis 1955.

La recommandation est de faire réparer votre cataphile de manière sûre et légale ou de regarder le film qui promet toutes les frayeurs que vous pouvez entasser en 90 minutes.


Ceux qui ne connaissent pas le film réalisé par John Erick Dowdle et co-écrit par son frère Drew Dowdle pourraient le trouver à parts égales La descente et Paris, je t'aime. OK, nous nous sommes probablement trompés dans notre recette, mais en tout cas voici la bande-annonce du film d'horreur :

La partie étonnante de la production du film est que les Dowdles ont choisi d'en filmer la majorité dans les catacombes qui se trouvent sous Paris, en France.

Meredith Woerner de iO9 a eu l'occasion de parler avec les cinéastes de leur décision et des difficultés à tourner dans un endroit aussi exigu.

Drew a déclaré: "Au début du film, lorsque vous entrez pour la première fois dans les catacombes, l'espace est tellement effrayant et claustrophobe."

John a approfondi ce sentiment avec une anecdote aussi effrayante que le film lui-même :

«Je veux dire, c'est vraiment effrayant là-bas. Notre premier éclaireur de localisation, nous avons traversé un petit trou de la taille d'un raton laveur dans les tunnels. Nous étions en cuissardes, nous avions de l'eau jusqu'à la poitrine avec un plafond de pierre à la tête. Nous y sommes allés pendant près de cinq heures, et il y avait des sections où nous devions grimper sous des rochers géants. C'était vraiment effrayant. Nous nous sommes peut-être aussi éloignés de la sortie. Il n'y a pas de réception cellulaire, il n'y a pas de walkies qui fonctionnent. Il y a eu des moments où la voix à l'intérieur de moi criait « Courez ! » L'une des personnes de notre premier éclaireur a totalement perdu la tête là-bas. Il est devenu fou. C'était effrayant. Il criait : « Nous devons sortir d'ici. » Et ça résonne.

En donnant une tournure visuelle au tournage confiné, Legendary Pictures a publié cette vidéo des coulisses sur YouTube, illustrant à quel point il était difficile de produire un film dans un endroit aussi extraordinaire.

Comme le fait remarquer John, le tournage du film exigeait de mettre un avant-bras devant son visage afin que les murs et les murs en surplomb ne lui frappent pas le visage.

Et puis il y avait le prix à payer pour l'esprit en tirant dans un tel espace. Drew a expliqué: "et psychologiquement, je dois dire qu'après plus de 20 jours, les gens commencent à le perdre un peu, parce que l'air est étrange ici, la qualité du son est très étrange ici." Drew a poursuivi: "Ça commence vraiment à t'user."

Maintenant, si cela ressemble à votre idée de l'amusement, demandez de l'aide… ou faites vous-même un voyage dans les catacombes, peu importe ce qui flotte sur votre bateau rocheux.

Les Catacombes de Paris proposent des visites d'une section des célèbres tunnels, mais avertit que "la visite ne convient pas aux personnes souffrant de problèmes cardiaques ou respiratoires, aux personnes nerveuses et aux jeunes enfants".

En 2011, National Geographic a présenté ceux qui sont assez courageux pour rechercher des ouvertures non accessibles au public, une entreprise qui, selon la publication, est illégale depuis 1955.

La recommandation est de faire réparer votre cataphile de manière sûre et légale ou de regarder le film qui promet toutes les frayeurs que vous pouvez entasser en 90 minutes.


Ceux qui ne connaissent pas le film réalisé par John Erick Dowdle et co-écrit par son frère Drew Dowdle pourraient le trouver à parts égales La descente et Paris, je t'aime. OK, nous nous sommes probablement trompés dans notre recette, mais en tout cas voici la bande-annonce du film d'horreur :

La partie étonnante de la production du film est que les Dowdles ont choisi d'en filmer la majorité dans les catacombes qui se trouvent sous Paris, en France.

Meredith Woerner de iO9 a eu l'occasion de parler avec les cinéastes de leur décision et des difficultés à tourner dans un endroit aussi exigu.

Drew a déclaré: "Au début du film, lorsque vous entrez pour la première fois dans les catacombes, l'espace est tellement effrayant et claustrophobe."

John a approfondi ce sentiment avec une anecdote aussi effrayante que le film lui-même :

«Je veux dire, c'est vraiment effrayant là-bas. Notre premier éclaireur de localisation, nous avons traversé un petit trou de la taille d'un raton laveur dans les tunnels. Nous étions en cuissardes, nous avions de l'eau jusqu'à la poitrine avec un plafond de pierre à la tête. Nous avons marché pendant près de cinq heures et il y avait des sections où nous devions grimper sous des rochers géants. C'était vraiment effrayant. Nous nous sommes peut-être aussi éloignés de la sortie. Il n'y a pas de réception cellulaire, il n'y a pas de walkies qui fonctionnent. Il y a eu des moments où la voix à l'intérieur de moi criait « Courez ! » L'une des personnes de notre premier éclaireur a totalement perdu la tête là-bas. Il est devenu fou. C'était effrayant. Il criait : « Nous devons sortir d'ici. » Et ça résonne.

En donnant une tournure visuelle au tournage confiné, Legendary Pictures a publié cette vidéo des coulisses sur YouTube, illustrant à quel point il était difficile de produire un film dans un endroit aussi extraordinaire.

Comme le fait remarquer John, le tournage du film exigeait de mettre un avant-bras devant son visage afin que les murs et les murs en surplomb ne lui frappent pas le visage.

Et puis il y avait le prix à payer pour l'esprit en tirant dans un tel espace. Drew a expliqué: "et psychologiquement, je dois dire qu'après plus de 20 jours, les gens commencent à le perdre un peu, parce que l'air est étrange ici, la qualité du son est très étrange ici." Drew a poursuivi: "Ça commence vraiment à t'user."

Maintenant, si cela ressemble à votre idée du plaisir, demandez de l'aide… ou faites vous-même un voyage dans les catacombes, peu importe ce qui flotte sur votre bateau rocheux.

Les Catacombes de Paris proposent des visites d'une section des célèbres tunnels, mais préviennent que "la visite ne convient pas aux personnes souffrant de problèmes cardiaques ou respiratoires, aux personnes nerveuses et aux jeunes enfants".

En 2011, National Geographic a présenté ceux qui sont assez courageux pour rechercher des ouvertures non accessibles au public, une entreprise qui, selon la publication, est illégale depuis 1955.

La recommandation est de faire réparer votre cataphile de manière sûre et légale ou de regarder le film qui promet toutes les frayeurs que vous pouvez entasser en 90 minutes.


Ceux qui ne connaissent pas le film réalisé par John Erick Dowdle et co-écrit par son frère Drew Dowdle pourraient le trouver à parts égales La descente et Paris, je t'aime. OK, nous nous sommes probablement trompés dans notre recette, mais en tout cas voici la bande-annonce du film d'horreur :

La partie étonnante de la production du film est que les Dowdles ont choisi d'en filmer la majorité dans les catacombes qui se trouvent sous Paris, en France.

Meredith Woerner de iO9 a eu l'occasion de parler avec les cinéastes de leur décision et des difficultés à tourner dans un endroit aussi exigu.

Drew a déclaré: "Au début du film, lorsque vous entrez pour la première fois dans les catacombes, l'espace est tellement effrayant et claustrophobe."

John a approfondi ce sentiment avec une anecdote aussi effrayante que le film lui-même :

«Je veux dire, c'est vraiment effrayant là-bas. Notre premier repérage, nous avons traversé un petit trou de la taille d'un raton laveur qui grimperait dans les tunnels. Nous étions en cuissardes, nous avions de l'eau jusqu'à la poitrine avec un plafond de pierre à la tête. Nous y sommes allés pendant près de cinq heures, et il y avait des sections où nous devions grimper sous des rochers géants. C'était vraiment effrayant. Nous nous sommes peut-être aussi éloignés de la sortie. Il n'y a pas de réception cellulaire, il n'y a pas de walkies qui fonctionnent. Il y a eu des moments où la voix à l'intérieur de moi criait « Courez ! » L'une des personnes de notre premier éclaireur a totalement perdu la tête là-bas. Il est devenu fou. C'était effrayant. Il criait : « Nous devons sortir d'ici. » Et ça résonne.

En donnant une tournure visuelle au tournage confiné, Legendary Pictures a publié cette vidéo des coulisses sur YouTube, illustrant à quel point il était difficile de produire un film dans un endroit aussi extraordinaire.

Comme le fait remarquer John, le tournage du film exigeait de mettre un avant-bras devant son visage afin que les murs et les murs en surplomb ne lui frappent pas le visage.

Et puis il y avait le prix à payer pour l'esprit en tirant dans un tel espace. Drew a expliqué: "et psychologiquement, je dois dire qu'après plus de 20 jours, les gens commencent à le perdre un peu, parce que l'air est étrange ici, la qualité du son est très étrange ici." Drew a poursuivi: "Ça commence vraiment à t'user."

Maintenant, si cela ressemble à votre idée du plaisir, demandez de l'aide… ou faites vous-même un voyage dans les catacombes, peu importe ce qui flotte sur votre bateau rocheux.

Les Catacombes de Paris proposent des visites d'une section des célèbres tunnels, mais avertit que "la visite ne convient pas aux personnes souffrant de problèmes cardiaques ou respiratoires, aux personnes nerveuses et aux jeunes enfants".

En 2011, National Geographic a présenté ceux qui sont assez courageux pour rechercher des ouvertures non accessibles au public, une entreprise qui, selon la publication, est illégale depuis 1955.

La recommandation est de faire réparer votre cataphile de manière sûre et légale ou de regarder le film qui promet toutes les frayeurs que vous pouvez entasser en 90 minutes.


Ceux qui ne connaissent pas le film réalisé par John Erick Dowdle et co-écrit par son frère Drew Dowdle pourraient le trouver à parts égales La descente et Paris, je t'aime. OK, nous nous sommes probablement trompés dans notre recette, mais en tout cas voici la bande-annonce du film d'horreur :

La partie étonnante de la production du film est que les Dowdles ont choisi d'en filmer la majorité dans les catacombes qui se trouvent sous Paris, en France.

Meredith Woerner de iO9 a eu l'occasion de parler avec les cinéastes de leur décision et des difficultés à tourner dans un endroit aussi exigu.

Drew a déclaré: "Au début du film, lorsque vous entrez pour la première fois dans les catacombes, l'espace est tellement effrayant et claustrophobe."

John a approfondi ce sentiment avec une anecdote aussi effrayante que le film lui-même :

«Je veux dire, c'est vraiment effrayant là-bas. Notre premier éclaireur de localisation, nous avons traversé un petit trou de la taille d'un raton laveur dans les tunnels. Nous étions en cuissardes, nous avions de l'eau jusqu'à la poitrine avec un plafond de pierre à la tête. Nous avons marché pendant près de cinq heures et il y avait des sections où nous devions grimper sous des rochers géants. C'était vraiment effrayant. Nous nous sommes peut-être aussi éloignés de la sortie. Il n'y a pas de réception cellulaire, il n'y a pas de walkies qui fonctionnent. Il y a eu des moments où la voix à l'intérieur de moi criait « Courez ! » L'une des personnes de notre premier éclaireur a totalement perdu la tête là-bas. Il est devenu fou. C'était effrayant. Il criait : « Nous devons sortir d'ici. » Et ça résonne.

En donnant une tournure visuelle au tournage confiné, Legendary Pictures a publié cette vidéo des coulisses sur YouTube, illustrant à quel point il était difficile de produire un film dans un endroit aussi extraordinaire.

Comme le fait remarquer John, le tournage du film exigeait de mettre un avant-bras devant son visage afin que les murs et les murs en surplomb ne lui frappent pas le visage.

Et puis il y avait le prix à payer pour l'esprit en tirant dans un tel espace. Drew a expliqué: "et psychologiquement, je dois dire qu'après plus de 20 jours, les gens commencent à le perdre un peu, parce que l'air est étrange ici, la qualité du son est très étrange ici." Drew a poursuivi: "Ça commence vraiment à t'user."

Maintenant, si cela ressemble à votre idée du plaisir, demandez de l'aide… ou faites vous-même un voyage dans les catacombes, peu importe ce qui flotte sur votre bateau rocheux.

Les Catacombes de Paris proposent des visites d'une section des célèbres tunnels, mais préviennent que "la visite ne convient pas aux personnes souffrant de problèmes cardiaques ou respiratoires, aux personnes nerveuses et aux jeunes enfants".

En 2011, National Geographic a présenté ceux qui sont assez courageux pour rechercher des ouvertures non accessibles au public, une entreprise qui, selon la publication, est illégale depuis 1955.

La recommandation est de faire réparer votre cataphile de manière sûre et légale ou de regarder le film qui promet toutes les frayeurs que vous pouvez entasser en 90 minutes.


Ceux qui ne connaissent pas le film réalisé par John Erick Dowdle et co-écrit par son frère Drew Dowdle pourraient le trouver à parts égales La descente et Paris, je t'aime. OK, nous nous sommes probablement trompés dans notre recette, mais en tout cas voici la bande-annonce du film d'horreur :

La partie étonnante de la production du film est que les Dowdles ont choisi d'en filmer la majorité dans les catacombes qui se trouvent sous Paris, en France.

Meredith Woerner de iO9 a eu l'occasion de parler avec les cinéastes de leur décision et des difficultés à tourner dans un endroit aussi exigu.

Drew a déclaré: "Au début du film, lorsque vous entrez pour la première fois dans les catacombes, l'espace est tellement effrayant et claustrophobe."

John a approfondi ce sentiment avec une anecdote aussi effrayante que le film lui-même :

«Je veux dire, c'est vraiment effrayant là-bas. Notre premier repérage, nous avons traversé un petit trou de la taille d'un raton laveur qui grimperait dans les tunnels. Nous étions en cuissardes, nous avions de l'eau jusqu'à la poitrine avec un plafond de pierre à la tête. Nous avons marché pendant près de cinq heures et il y avait des sections où nous devions grimper sous des rochers géants. C'était vraiment effrayant. Nous nous sommes peut-être aussi éloignés de la sortie. Il n'y a pas de réception cellulaire, il n'y a pas de walkies qui fonctionnent. Il y a eu des moments où la voix à l'intérieur de moi criait « Courez ! » L'une des personnes de notre premier éclaireur a totalement perdu la tête là-bas. Il est devenu fou. C'était effrayant. Il criait : « Nous devons sortir d'ici. » Et ça résonne.

En donnant une tournure visuelle au tournage confiné, Legendary Pictures a publié cette vidéo des coulisses sur YouTube, illustrant à quel point il était difficile de produire un film dans un endroit aussi extraordinaire.

Comme le fait remarquer John, le tournage du film exigeait de mettre un avant-bras devant son visage afin que les murs et les murs en surplomb ne lui frappent pas le visage.

Et puis il y avait le prix à payer pour l'esprit en tirant dans un tel espace. Drew a expliqué: "et psychologiquement, je dois dire qu'après plus de 20 jours, les gens commencent à le perdre un peu, parce que l'air est étrange ici, la qualité du son est très étrange ici." Drew a poursuivi: "Ça commence vraiment à t'user."

Maintenant, si cela ressemble à votre idée du plaisir, demandez de l'aide… ou faites vous-même un voyage dans les catacombes, peu importe ce qui flotte sur votre bateau rocheux.

Les Catacombes de Paris proposent des visites d'une section des célèbres tunnels, mais avertit que "la visite ne convient pas aux personnes souffrant de problèmes cardiaques ou respiratoires, aux personnes nerveuses et aux jeunes enfants".

En 2011, National Geographic a présenté ceux qui sont assez courageux pour rechercher des ouvertures non accessibles au public, une entreprise qui, selon la publication, est illégale depuis 1955.

La recommandation est de faire réparer votre cataphile de manière sûre et légale ou de regarder le film qui promet toutes les frayeurs que vous pouvez entasser en 90 minutes.


Ceux qui ne connaissent pas le film réalisé par John Erick Dowdle et co-écrit par son frère Drew Dowdle pourraient le trouver à parts égales La descente et Paris, je t'aime. OK, nous nous sommes probablement trompés dans notre recette, mais en tout cas voici la bande-annonce du film d'horreur :

La partie étonnante de la production du film est que les Dowdles ont choisi d'en filmer la majorité dans les catacombes qui se trouvent sous Paris, en France.

Meredith Woerner de iO9 a eu l'occasion de parler avec les cinéastes de leur décision et des difficultés à tourner dans un endroit aussi exigu.

Drew a déclaré: "Au début du film, lorsque vous entrez pour la première fois dans les catacombes, l'espace est tellement effrayant et claustrophobe."

John a approfondi ce sentiment avec une anecdote aussi effrayante que le film lui-même :

«Je veux dire, c'est vraiment effrayant là-bas. Notre premier éclaireur de localisation, nous avons traversé un petit trou de la taille d'un raton laveur dans les tunnels. Nous étions en cuissardes, nous avions de l'eau jusqu'à la poitrine avec un plafond de pierre à la tête. Nous y sommes allés pendant près de cinq heures, et il y avait des sections où nous devions grimper sous des rochers géants. C'était vraiment effrayant. Nous nous sommes peut-être aussi éloignés de la sortie. Il n'y a pas de réception cellulaire, il n'y a pas de walkies qui fonctionnent. Il y a eu des moments où la voix à l'intérieur de moi criait « Courez ! » L'une des personnes de notre premier éclaireur a totalement perdu la tête là-bas. Il est devenu fou. C'était effrayant. Il criait : « Nous devons sortir d'ici. » Et ça résonne.

En donnant une tournure visuelle au tournage confiné, Legendary Pictures a publié cette vidéo des coulisses sur YouTube, illustrant à quel point il était difficile de produire un film dans un endroit aussi extraordinaire.

Comme le fait remarquer John, le tournage du film exigeait de mettre un avant-bras devant son visage afin que les murs et les murs en surplomb ne lui frappent pas le visage.

Et puis il y avait le prix à payer pour l'esprit en tirant dans un tel espace. Drew a expliqué: "et psychologiquement, je dois dire qu'après plus de 20 jours, les gens commencent à le perdre un peu, parce que l'air est étrange ici, la qualité du son est très étrange ici." Drew a poursuivi: "Ça commence vraiment à t'user."

Maintenant, si cela ressemble à votre idée du plaisir, demandez de l'aide… ou faites vous-même un voyage dans les catacombes, peu importe ce qui flotte sur votre bateau rocheux.

Les Catacombes de Paris proposent des visites d'une section des célèbres tunnels, mais préviennent que "la visite ne convient pas aux personnes souffrant de problèmes cardiaques ou respiratoires, aux personnes nerveuses et aux jeunes enfants".

En 2011, National Geographic a présenté ceux qui sont assez courageux pour rechercher des ouvertures non accessibles au public, une entreprise qui, selon la publication, est illégale depuis 1955.

La recommandation est de faire réparer votre cataphile de manière sûre et légale ou de regarder le film qui promet toutes les frayeurs que vous pouvez entasser en 90 minutes.


Ceux qui ne connaissent pas le film réalisé par John Erick Dowdle et co-écrit par son frère Drew Dowdle pourraient le trouver à parts égales La descente et Paris, je t'aime. OK, nous nous sommes probablement trompés dans notre recette, mais en tout cas voici la bande-annonce du film d'horreur :

La partie étonnante de la production du film est que les Dowdles ont choisi d'en filmer la majorité dans les catacombes qui se trouvent sous Paris, en France.

Meredith Woerner de iO9 a eu l'occasion de parler avec les cinéastes de leur décision et des difficultés à tourner dans un endroit aussi exigu.

Drew a déclaré: "Au début du film, lorsque vous entrez pour la première fois dans les catacombes, l'espace est tellement effrayant et claustrophobe."

John a approfondi ce sentiment avec une anecdote aussi effrayante que le film lui-même :

«Je veux dire, c'est vraiment effrayant là-bas. Notre premier repérage, nous avons traversé un petit trou de la taille d'un raton laveur qui grimperait dans les tunnels. Nous étions en cuissardes, nous avions de l'eau jusqu'à la poitrine avec un plafond de pierre à la tête. Nous avons marché pendant près de cinq heures, et il y avait des sections où nous devions grimper sous des rochers géants. C'était vraiment effrayant. Nous nous sommes peut-être aussi éloignés de la sortie. Il n'y a pas de réception cellulaire, il n'y a pas de walkies qui fonctionnent. Il y a eu des moments où la voix à l'intérieur de moi criait « Courez ! » L'une des personnes de notre premier éclaireur a totalement perdu la tête là-bas. Il est devenu fou. C'était effrayant. Il criait : « Nous devons sortir d'ici. » Et ça résonne.

En donnant une tournure visuelle au tournage confiné, Legendary Pictures a publié cette vidéo des coulisses sur YouTube, illustrant à quel point il était difficile de produire un film dans un endroit aussi extraordinaire.

Comme le fait remarquer John, le tournage du film exigeait de mettre un avant-bras devant son visage afin que les murs et les murs en surplomb ne lui frappent pas le visage.

Et puis il y avait le prix à payer pour l'esprit en tirant dans un tel espace. Drew a expliqué: "et psychologiquement, je dois dire qu'après plus de 20 jours, les gens commencent à le perdre un peu, parce que l'air est étrange ici, la qualité du son est très étrange ici." Drew a poursuivi: "Ça commence vraiment à t'user."

Maintenant, si cela ressemble à votre idée du plaisir, demandez de l'aide… ou faites vous-même un voyage dans les catacombes, peu importe ce qui flotte sur votre bateau rocheux.

Les Catacombes de Paris proposent des visites d'une section des célèbres tunnels, mais préviennent que "la visite ne convient pas aux personnes souffrant de problèmes cardiaques ou respiratoires, aux personnes nerveuses et aux jeunes enfants".

En 2011, National Geographic a présenté ceux qui sont assez courageux pour rechercher des ouvertures non accessibles au public, une entreprise qui, selon la publication, est illégale depuis 1955.

La recommandation est de faire réparer votre cataphile de manière sûre et légale ou de regarder le film qui promet toutes les frayeurs que vous pouvez entasser en 90 minutes.


Ceux qui ne connaissent pas le film réalisé par John Erick Dowdle et co-écrit par son frère Drew Dowdle pourraient le trouver à parts égales La descente et Paris, je t'aime. OK, nous nous sommes probablement trompés dans notre recette, mais en tout cas voici la bande-annonce du film d'horreur :

La partie étonnante de la production du film est que les Dowdles ont choisi d'en filmer la majorité dans les catacombes qui se trouvent sous Paris, en France.

Meredith Woerner de iO9 a eu l'occasion de parler avec les cinéastes de leur décision et des difficultés à tourner dans un endroit aussi exigu.

Drew offered, “In the beginning of the movie when you first enter the catacombs, the space is just so creepy and claustrophobic.”

John furthered that sentiment with an anecdote as scary as the movie itself:

“I mean it is genuinely scary down there. Our first location scout, we went through a tiny hole like the size a raccoon would climb through in the tunnels. We were in waders, we had water up to our chests with a stone ceiling at our heads. We went for close to five hours, and there were sections where we had to climb under giant rocks. It was genuinely scary. We got maybe as far away from the exit. There's no cell reception there's no walkies that work. There were moments where the voice inside of me was screaming, ‘Run!’ One of the people in our initial scout totally lost his mind down there. He went crazy. It was scary. He was screaming, ‘We need to get out of here.’ And it just echoes.”

Putting a visual spin on the confined shoot, Legendary Pictures posted this behind-the-scenes video to YouTube, illustrating just how difficult producing a movie was in such an extraordinary location.

As John remarks, shooting the film mandated putting a forearm in front of his face so that walls and overhanging walls wouldn’t actually hit his face.

And then there was the toll the mind takes in shooting in such a space. Drew explained, “and psychologically I have to say after more than 20 days people start to lose it a little bit, because the air is strange down here the quality of sound is very strange down here.” Drew continued, “It really starts to wear on you.”

Now if that sounds like your idea of fun, seek help…or take a trip down into the catacombs yourself—whatever floats that rocky boat of yours.

Les Catacombes de Paris offers tours of a section of the famed tunnels, but warns, “the tour is unsuitable for people with heart or respiratory problems, those of a nervous disposition and young children.”

En 2011, National Geographic profiled those brave enough to search for openings not available to the public an endeavor the publication warns has been illegal since 1955.

The recommendation is to get your cataphile fix the safe and legal way or watch the movie that promises all the frights you can cram into 90 minutes.


Those not familiar with the film directed by John Erick Dowdle and co-written by brother Drew Dowdle might find it equal parts La descente et Paris, je t'aime. OK, we probably got our recipe wrong there, but in any case here is the trailer for the horror flick:

The stunning part about the movie’s production is the Dowdles chose to film a majority of it in the actual catacombs that sit beneath Paris, France.

Meredith Woerner of iO9 had a chance to speak with the filmmakers on their decision and the difficulties in shooting in such a cramped location.

Drew offered, “In the beginning of the movie when you first enter the catacombs, the space is just so creepy and claustrophobic.”

John furthered that sentiment with an anecdote as scary as the movie itself:

“I mean it is genuinely scary down there. Our first location scout, we went through a tiny hole like the size a raccoon would climb through in the tunnels. We were in waders, we had water up to our chests with a stone ceiling at our heads. We went for close to five hours, and there were sections where we had to climb under giant rocks. It was genuinely scary. We got maybe as far away from the exit. There's no cell reception there's no walkies that work. There were moments where the voice inside of me was screaming, ‘Run!’ One of the people in our initial scout totally lost his mind down there. He went crazy. It was scary. He was screaming, ‘We need to get out of here.’ And it just echoes.”

Putting a visual spin on the confined shoot, Legendary Pictures posted this behind-the-scenes video to YouTube, illustrating just how difficult producing a movie was in such an extraordinary location.

As John remarks, shooting the film mandated putting a forearm in front of his face so that walls and overhanging walls wouldn’t actually hit his face.

And then there was the toll the mind takes in shooting in such a space. Drew explained, “and psychologically I have to say after more than 20 days people start to lose it a little bit, because the air is strange down here the quality of sound is very strange down here.” Drew continued, “It really starts to wear on you.”

Now if that sounds like your idea of fun, seek help…or take a trip down into the catacombs yourself—whatever floats that rocky boat of yours.

Les Catacombes de Paris offers tours of a section of the famed tunnels, but warns, “the tour is unsuitable for people with heart or respiratory problems, those of a nervous disposition and young children.”

En 2011, National Geographic profiled those brave enough to search for openings not available to the public an endeavor the publication warns has been illegal since 1955.

The recommendation is to get your cataphile fix the safe and legal way or watch the movie that promises all the frights you can cram into 90 minutes.


Voir la vidéo: Visites Interdites - En immersion dans les catacombes interdites